La saga Kiool & Minus-Kiool

     
Je m'en vais en quelques mots vous compter une aventure vécue avec deux copains, qui a aboutit à un engin radiocommandé dont nous sommes fiers : le Minus-Kiool.
   Afin d'en garder la paternité, la configuration de ce micro drone a été déposée auprès de l'INPI, mais elle peut tout à fait être reprises pour une utilisation à des fins non commerciales.

L'équipe

L'équipe qui a dessiné, réalisé et fait volé le Minus-Kiool est composée de trois étudiants d'horizons assez différent :

  • Stephan Aubin
    Elève en 3ème année à SUPAERO, curieux de tout ce qui vole, et spécialiste des engins à effet de sol : il a l'habitude du bizarre !
  • Nicolas Quendez
    Elève de l'UTC, DEA en mécanique des fluides à SUPAERO, modéliste depuis plus de 10 ans : près à tout essayer du moment que ça vole !
  • Matthieu Scherrer
    Moi même, élève en 2ème année à SUPAERO, modéliste depuis plus de 10 ans, planeuriste convaincu : ya pas, faut que ca vole !
   C'est grâce à une saine émulation au sein de ce groupe de fous furieux que nous avons rempli nos objectifs. Ce fut pour nous une expérience très enrichissante, tant sur le travail en équipe que sur le contenu du métier d'ingénieur.
    Soutenu par les professeurs et le personnel de SUPAERO, nous nous sommes donné les moyens de réaliser un tout petit engin volant radiocommandé.


L'objectif

   L'objectif que s'était fixé l'équipe était très clair : participer au trophée microdrone, organisé en septembre 2002 par SUPAERO et l'ENSICA.
    Nous avons concourru dans la catégorie "vol d'avancement", avec une épreuve en vol de reconnaissance de caractères d'imprimerie posés sur une table.
   Mais plus que tout, pour nous, l'objectif numéro un était de réaliser l'engin le plus petit possible, à propulsion électrique, possédant les meilleures qualités de vol.



Les premiers prototypes

   Avant de trouver la bonne configuration, qui déjà tienne en l'air, et ensuite soit pilotable, il a fallu pas mal travailler.
   Pas moins de 12 protoypes on été construits en tout, avec plus ou moins de succés.



Le Kiool

   Le premier de nos microdrone a avoir réellement volé de façon satisfaisante avec une charge utile (la caméra de 8gm) a été le Kiool, dans sa version de 25cm d'envergure. Cependant sa peau carbone a posé quelques problèmes de retransmission au sol, et il y avait encore des progrès à faire au niveau de la construction.


   Dans les versions suivantes, la structure a été affiné, et l'utilisation du Kevlar a permis de résoudre bien des problèmes.
   On peut voir sur le camembert ci dessous la répartition des masses de l'engin, dans sa version la plus avancée.
   Enfin, le Kiool a pu sentir sous ses ailes le vent des souffleries de SUPAERO. Une fois le concept validé au travers des essais en vol (stabilité, controlabilité), nous avons cherché à améliorer la performance de notre engins par quelques petits tests et mesures en soufflerie. C'est là que l'on réalise combien ce genre de mesure est délicat...



Le Minus-Kiool

   On en arrive ensuite à LA bête de course, qui a remporté le concours de septembre, dasn la catégorie vol d'avancement...
   Au départ, le Minus-Kiool est une réduction à 19.5cm du Kiool. Il conserve le même groupe moteur, et profite de toute l'expérience acquise en terme de construction. Son atout principal est son rapport poids-puissance très favorable, qui permet de voler avec un peu de marge.
   Un autre progrès est, mine de rien, que maintenant les décollages se font en toute sécurité, au moyen d'une catapulte, télécommandée s'il vous plait !
    C'est en effet un élément indispensable pour le bon déroulement des essais en vol, et une progression régulière dans la conception par essai-erreur. Au départ, nous cassions trop souvent.
Il emporte donc à bord sa caméra de 8gm, et retransmet au sol des images en direct. Un certain nombre de films ont été réalisés, et seront numérisés.

Le Minus Kiool en quelques chiffres :

Envergure 19.5 cm
Corde 15 cm
Masse 56 gm
Temps de vol + de 10 min

Le Minus Kiool en vol et au sol :



Une expérience enrichissante

   Réaliser un engn si pointu représente de nombreux défis, et ce fut l'occasion pour nous trois de mettre notre passion des engins volants en application. Ce projet, qui touche à tous les domaines que les ingénieurs rencontrent, est réellement à la dimension étudiante, et nous avons pu le mener de bout en bout.
   Nous remercions SUPAERO et ses enseignants, qui nous ont donné accés à beaucoup de matériel.

Contactez la fine équipe !
Stephan Aubin, Nicolas Quendez, Matthieu Scherrer