Baptiser ses planeurs.




    J'ai recemment entrepris la conception et la fabrication de mon premier motoplaneur électrique.

   Je vous passe les angoisses métaphysiques sur le choix de la géométie, des proportions et surtout du profil. Je ne vous parle même pas de la déco (trés simple et sobre, en ce qui me concerne...). Il vole trés bien, merci, et je vous laisse juger du resultat sur la page qui le concerne.

Non, je m'en vais vous parlez d'un problème autrement délicat auquel j'ai été confronté : donner un nom à la bête.


   J'ai pour cela employé un certain nombre de méthodes, qui donnent chacune des résultats plus ou moins heureux. Tout d'abord, il faut avoir à sa disposition un certain nombres d'ingrédients, qui vont du simple bouquin au comparse (innocent si possible... pas un copain de club, quoi !). Tout dépend de la méthode ... Mais bon, suivez moi.



   Une des méthode les plus connues consiste à ouvrir, plus ou moins au hasard, un livre, une revue ou tout autre document écrit, et de pointer du doigt ou à l'aide d'un crayon un mot. Ouvrez les yeux, et regardez le nom de votre engin. Bien sur, il y a une certaine part de risque, et on a tôt fait de se retrouver avec une grande plume répondant au doux patronime de "quiche", ou un F3b d'Exomedine-suppo. Evidemment, si vous cherchez dans "Prima" ou dans "la lettre du medecin", dans la salle d'attente de votre dentiste préféré ..!!
Non, là il y a moyen de limiter la casse, en choissisant un support adapté à votre recherche :


   Une autre méthode qui vient tout de suite à l'esprit est la recherche à thème, qui en fait complète et enrichi la recherche sur un livre spécialisé. Il s'agit là de se focaliser sur un sujet, et de se démener pour trouver LE nom qui va bien.
Le plus classique, c'est de trouver quelque chose en rapport avec le ciel et/ou qui vole. Mais là, c'est encombré. Déjà parmi les noms d'oiseaux, on rencontre donc des problèmes... Pour les noms de nuages, c'est un peu pareil, il ne reste guère que cumulonimbus, mais ce n'est pas de trés bonne augure.
Pour avancer efficacement, on peut avancer par association d'idées, en construisant à l'écrit une sorte d'arbre ou de diagramme centré sur le thème choisi. (i.e.: de l'importance des rhumatismes dans la politique économique de la Chine). Attention cependant à ne pas trop s'éloigner du thème central !
On peut aussi chercher dans les jeux de mots, style F-ACIL pour les immatriculation, ou l'innennarable Delta Pibros.

   Il existe aussi un certain nombre de théories plus ou moins heureuses selon lesquelles le nom et les lettres qui le composent peuvent avoir des répercussion sur le produit ou la société qui le porte. Pourquoi ne pas les mettre à profits, au moins pour vérifier le vrai qu'il peut y avoir là dedans. Par exemple le X, par ses qualité de symétrie et sa sonorité, est censé attirer l'attention du potentiel client. Pourquoi ne pas nommer votre prochain engin le "Xilouix"? Ca sonne vachement bien, non?


   Ces quelques méthodes, finalement assez classiques, donnent d'assez bon résultat. Mais peut-être votre cas est-il désespéré, peut-être ne sont elles pas à la mesure du génie de votre coup de crayon ? Il faut alors employer des méthodes "Free-style".

   On dit, avec un certain bonheur parfois, "le hasard fait bien les choses". Je vous laisse en juger par vous même. munissez vous d'un jeux de scrabble, d'un dés. Lancez trois fois le dé, faites le cumul des points. Tirez le nombre correspondant de lettres. Vous avez alors 30 minutes pour trouver un nom avec ces lettres, et peu importe si cela ne veut rien dire, pourvu que cela sonne bien. Si passé ce délai, rien de satisfaisant, recommencez au début.
   Une variante de la "méthode de l'escalier", chère à tous les professeurs quand il s'agit de mettre des notes : postez vous en haut d'un escalier et lancez toutes les lettres du Scrabble. Puis ramassez en une par marche, et composez un nom. vous avez aussi droit à plusieurs essais.
   Vous pouvez aussi inventer toutes sortes de méthode mathématiques, basée sur le lancé de dés : multiplier deux coup consécutifs, et regarder la lettre correspondante modulo 26, ou toute autre bétise, mais si vous en êtes là, plus rien ne vous fait peur, et on peut faire confiance à votre imagination débordante !

   Si toujours rien de satisfaisant ne sort, on peut alors faire appel à un comparse, qui devra par contre être choisi avec soin. Il faut en effet s'assurer de son innocence pour mettre le plus de chances de son coté. Il peut être alors cuisiné à plusieures sauces :
Aprés l'avoir amené les yeux bandé (la mise en scène est très importante) dans l'atelier, où trône votre magnifique engin, lui ôter le bandeau, et lui demander à brûle-pourpoint, "à quoi tu penses ?". "Heu, un fer à repasser !??"
Une variante : faire des sondages dans son entourage : "Si je te dis ciel bleu, soleil, à quoi tu penses ??" Si la réponse est, là encore du type : "glace italienne" ou encore "crème solaire", ne sombrez pas dans la dépression, cela n'en vaut pas la peine...



   C'est bien joli, tout ça, me direz-vous, mais est-ce que cela marche vraiment ? C'est sûr, il existe encore plein d'autres méthodes, mais à chercher, on finit bien par trouver.
   En ce qui me concerne, mon motoplaneur s'est retrouvé affublé du nom de "Sittelle", un petit oiseau qui grimpe sur les troncs d'arbres. J'ai finalement trouvé que ses couleurs (orange et gris-bleu) me rappelaient vaguement ma déco. Comme quoi il suffit parfois de peu...